Vacances

Croisière 2010 en méditérrannée, sur le Costa concordia

 
Samedi 2 octobre 2010, nous sommes rentrés de croisière…
Costa Concordia

Costa Concordia

C’était franchement fabuleux… Nous nous sommes fait des amis…Que du bonheur…
8journées magnifiques, ensoleillées, si remplies qu’elles nous ont semblé  pareilles à 3semaines…
Les 2 samedi ont été des journées de transit… longues à attendre… épuisantes…
Les autres journées consistaient à faire des excursions aux escales, en gardant toujours l’œil rivé sur la montre, pour ne pas rater le bateau…
Le bateau: C’est un palace-usine flottant… Très bling bling… Très sonore la journée…  Mais on en a eu plein les yeux: ascenseurs extérieurs vitrés, lustres immenses aux couleurs changeantes, décorations rutilantes…
La capacité du bateau est de 5000 personnes environ dont un peu plus de 1000 pour le personnel de croisière. Le personnel d’équipage, d’animation est italien. Les serveurs, stewards, cuisiniers sont majoritairement philippins, sous-payés sûrement, hyper bosseurs… Nous avons tous sympathisé avec eux: charmants, toujours aimables et souriants, très gentils, très attentifs et pourtant forts occupés…
Les excursions: Nous n’en avons fait qu’une guidée, et avons fait les autres visites, par nous-mêmes, en groupe…Du coup le rythme a toujours été moins soutenu… Ceux qui faisaient les excursions guidées, revenaient épuisés.
C’était intensif, le temps passé au port étant restreint. Chaque jour, nous avons beaucoup marché, à l’extérieur et sur l’immense bateau…
Sur le bateau: Durant la navigation, nous avons pu profiter des transats sur les ponts, nous y reposer et parfois faire une courte sieste… Nous avons visité les étages, les multiples salons…
A bord, toutes les distractions sont possibles: Parcours de jogging, petites piscines, jakusis, salons de musique, dancing, bars…
Certaines distractions sont payantes: les saunas, salles de sport, muscu, les casino et magasins dutty free…
Le soir, il fallait « s’habiller » pour aller au restaurant, puis au spectacle ou théâtre….
Le soir, nous prenions un cocktail… en écoutant des solistes qui nous ont joué de grands morceaux classiques…

Les chambres: magnifiques, elles comportaient un lit immense, un canapé, la télévision, une salle de douche confortable…

Tous les jours, le steward rangeait, nettoyait notre chambre, faisait notre lit.
Le premier matin, il avait remis notre désordre en place, chaque chose exactement à sa place précédente, mais sur le lit refait…
Le soir, il ouvrait notre lit, pliait nos pyjamas de manière décorative…
La nuit, je fermais la porte à verrou, pour éviter qu’il vienne (qui sait) nous border…
Les repas: On peut (si on le désire) manger non stop de 7h00 à 2H00 le lendemain. A profusion. Nous avons surtout veillé à ne pas trop manger!!!  J’ai choisi de manger plutôt du poisson, et des fruits. Par chance, les desserts n’étaient pas terribles.
Et le matin, au petit déjeuner, je suis rapidement revenue au pain, ajoutant seulement des fruits: ananas, melon…)
-Petit déjeuner servi en chambre, ou au restaurant, ou au buffet… Sucré, salé, fruits, café, jus de fruits…
-Buffets variés végétariens, poissons, viandes, légumes, pizzas, pâtes, frites, gâteaux, glace, eau..
-Collations vers 10H, vers 17h : gâteaux, glace, salades de fruits, café, thé…
Le soir, on mangeait au restaurant,à heure fixe à la même table, servis à la carte.
Sur la carte: 5 choix de 3 plats, vins rouge, blanc, rosé, 1 choix de 3desserts…
Il y avait aussi des restaurants payants (hors forfait inclus dans la croisière), et plusieurs buffets (à volonté).
Les italiens, bruyants et indisciplinés, nous dépassaient dans les files aux buffets, impatients de remplir leur assiette d’une montagne de nourriture… La majorité mangeait, à toute heure, d’énormes assiettes hyper remplies…
Samedi 25 Septembre:
Bus de Lille à Paris…
Baptême de l’air (pour moi), en A320 d’Air-France de Paris à Marseilles..
Embarquement à Marseilles, sur le Costa Concordia, bateau de 14 ponts!
Dimanche 26 Septembre: Savone en Italie était très calme… Jolie ville, ensoleillée, très provençale… Avec des fêtes sportives sur l’eau.
Lundi 27 Septembre: Naples, arrivant côté port, la ville nous a semblé sale et pauvre:  Nous avons fait une visite à pieds, dans la vraie vie, et non dans une ville de carte postale… Mais nous avons beaucoup aimé traverser ses rues, où les très nombreux scooters sont rois. Nous avons cheminé dans les ruelles étroites, sous le linge qui sèche, pendu sur des fils tendus entre les façades, ou sous des bâches de plastique… Les étals étaient décorés de tresses de piments rouges.
D’autres croisiéristes étaient en excursion à Capri… Ils sont revenus bien malades de la traversée en bateau… La mer était très mauvaise ce jour là…
Mardi 28 Septembre: Palerme en Silice, plus cossue que je n’aurais imaginé. Nous avions accosté près du centre ville… Des chevaux coiffés de chapeaux fleuris attendaient les touristes pour les promenades en calèche… Nous avons fait une belle promenade à pieds, en passant par un marché, aux fruits et légumes énormes et parfois inconnus… Des brocolis gros comme des choux-fleur… De beaux chiens « de garde » heureux faisaient la sieste au soleil, insouciants… Des pigeons se baignaient dans des bassines à leur disposition…
Mercredi 29 Septembre: Tunis m’a vraiment séduite, même si je craignais la visite des souks. On nous avait fait tant de recommandations…
Comme nous étions 12 en visite commune, répartis dans 2 taxis, qui nous ont déposés et repris aux souks. (10euros AR par personne). Les guides taxi étaient très gentils, parlaient toutes les langues… L’un deux, d’une grande compagnie nous a bien conseillés sur la conduite à tenir dans les souks: se méfier des autres guides, ne rien montrer du doigt.
Nous étions arrivés aux souks avant que tout ne soit ouvert, à cause d’1heure de décalage horaire. Les ruelles étaient vides, très étroites, juste accessibles aux piétons. Bien plus propre qu’à Naples. Puis toutes les échoppes se sont ouvertes, doucement…
Notre accompagnatrice, pourtant aguerrie par bien d’autres voyages, s’est faite accoster et baratiner par un guide, très charmeur, flatteur, qui a presque réussi sa manœuvre: Tout en blaguant, cajolant, rigolant, il l’avait prise par le bras et nous menait à un train d’enfer vers son propre magasin, nous empêchant de rien voir en route… Philippe a réussi a stopper le groupe, déjouant la tactique du commerçant, qui nous a abandonnés en riant…
Notre groupe s’est scindé en 2, et nous avons continué la visite bien plus calmement…
De jeunes tunisiens nous abordaient,  puis couraient prévenir les autres vendeurs de notre arrivée, en criant: « Les français arrivent »… Ce devait être pareil pour les autres groupes: Allemands… Anglais… Chinois, chinoises très parisiennes sous leur grands chapeaux…
Faire un achat s’est révélé littéralement affolant. La majorité des commerçants nous interpelaient pour nous faire entrer, mais aucun prix n’est affiché… Comme nous ne savions, ni n’aimions marchander, c’était très déconcertant…
J’ai acheté malgré tout des babouches dans une échoppe digne des 1000 et une nuits: un couloir de 4mètres de long et 3 de haut, tapissé entièrement, de bas en haut, de gauche à droite, du sol au plafond, de babouches de toutes les couleurs… Ravissant mais très oppressant, car le vendeur voulait nous arnaquer…
Nous étions entrés pour des babouches qu’il disait être à 5euros. Le marchand m’en empilait sur les bras des paires et des paires, (même pas à ma pointure), que je reposais… Mon choix s’est arrêté, tant bien que mal sur 3paires, pour lesquelles il m’a réclamé 240 euros… Nous avons vu rouge, et voulions fuir, sans rien acheter…
Le commerçant nous a retenu.. Il a parlé de crise, a baissé tout seul ses prix, demandant combien on voulait mettre, appelant tour à tour Philippe « Sarkozy » et moi « Gentille Française »…  « C’est tout en cuir de chameau », disait-il en faisant mine de brûler les babouches avec son briquet, pour montrer leur qualité…
J’ai finalement acheté 3paires de babouches  pour 60 euros…
J’ai trouvé bien bien plus loin des foulards, mais je n’osais plus rien regarder. Bien d’autres magasins étaient tentants, mais j’étais, comme mes autres compagnons, très stressée par la conduite des commerçants,
Les souks aux parfums étaient entêtants…Des chats faméliques traversaient les ruelles… Des commerçants poussaient des carrioles à bras, emplies de gâteaux appétissants et odorants… D’autres, très gentils nous remettaient sur la bonne route…
Nous avons parfois traversé des ruelles sans commerces, où des artisans travaillaient dans de minuscules ateliers… Des tunisiens buvaient ensemble du thé, assis devant un écran plat… De jeunes femmes dessinaient sur une petite place toute blanche et bleue-vif… De jolies cages pendaient le longs des murs… Les fenêtres étaient parées de barreaux ouvragés…
Nous n’avons pas pu tout visiter… C’était très très étendu…
Vers 11heures, les ruelles étaient littéralement bondées, ça m’a saoulé… Pourtant j’étais ravie d’admirer ces étals magnifiques, bien rangés, colorés… C’était sympathique, très odorant, mais finalement bondé, noir de foule… J’ai eu une crise de vertiges un peu avant la sortie… Des tunisiens se sont inquiétés pour moi gentillement. Les taxis nous attendaient. On m’y a fait asseoir, et tout tournait très vite devant mes yeux et sous mes pieds…
Tunis a plu à très peu de passagers… Quel dommage!
Mon malaise n’a duré que jusqu’au lendemain… Comme tout tanguait sur le bateau, allez savoir si c’était a tête qui tournait ou si c’était le roulis… Le plus difficile chaque fois, pour moi, fut d’embarquer ou débarquer, oppressée dans la foule… Cela s’est bien passé. Mes amis, mon mari m’ont aidée.
Jeudi 30 Septembre: Palmas de Majorque… Splendide… Fin septembre: 25° sous les palmiers… Nous sommes allés à pied en ville, puis revenus en bus. La course en calèche coûtait 20 euros par personne (Aller simple) sans visiter!!!
Tout le centre est une déclinaison de magasins « Zara »… Le soir, nous sommes allés à un « dîner excursion » avec des spectacles très variés… Magiciens, chanteurs, équilibristes, chevaux dansant dressés. Danses orientales et jeux de voiles colorés. Danses irlandaises aussi. Mais le clou du spectacle fut sans conteste la série de flamencos, sonores, magiques, endiablés, envoûtants… J’ai acheté le DVD, mais il restitue mal l’ambiance en live: le bruit rythmé des pas des danseurs qui claquaient sur la scène.
Vendredi 1 Octobre: Barcelone… A notre grand regret, cette escale était la plus courte… C’est une ville très accueillante et cosmopolite qui mérite un séjour prolongé. J’aurais volontiers acheté des peintures flamboyantes de danseuses de flamenco, ou des peintures vitrail représentant Don Quichotte et Sancho Panza… Des mimes immobiles jouaient les statues vivantes sur le marché.
Samedi 2 Octobre: grève des dockers au port de Marseilles… Le bateau n’a pu accoster, et nous avons dû débarquer en chaloupes… Puis sur les quais, nous avons eu un peu de stress pour récupérer les valises, qui ont bien souffert.
Le retour a ensuite été long, même si nous étions dans une ambiance amicale et joyeuse de colonie de vacances…Nous étions bien contents, malgré tout, de rentrer chez nous, et de revenir à la réalité…